Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 août 2010 1 02 /08 /août /2010 09:21

L'affiche du 150ème anniversaire conçue par M.F. Bellonet

                                                        Affiche conçue par M.F.  Bellonnet et P. Langendorff

 

                On ne peut sérieusement fêter l’anniversaire d’un lieu sans préalablement, même succinctement  évoquer ses origines. Voici ce qu’écrivait dans le guide touristique dont il était maître d’œuvre  Monsieur Michel Buraud en 1975 :   

 

« Notre station de Ronce-les-Bains a connu, au cours du siècle, un développement considérable. Encore a-t-il fallu que quelqu’un ait l’idée et que d’autres fournissent l’impulsion sans laquelle nulle œuvre humaine n’atteint son plein épanouissement.

On considère généralement que Monsieur PERRAUDEAU de BEAUFIEF, propriétaire terrien, a été le créateur, de fait, de notre station en élaborant la première urbanisation, très modeste sans doute, mais qui allait constituer l’élémentaire maillon de la chaîne. On perçait donc l’avenue Gabrielle, et les villas apparaissaient. L’une d’elles, Le Grand Chalet, accueillait les premiers touristes en rupture de vie citadine. Des promenades en bateaux s’organisaient sur le Petit Lac, actuellement disparu, mais dont l’une de nos allées situe l’emplacement. Des parties de croquet égayaient les ombrages, et peu à peu, de bouche à oreille, on se disait qu’il existait quelque part, en bordure de mer, un lieu béni des dieux, où l’air sentait bon les pins, le sel et le…mimosa.

Le Dr BROCHARD allait donner un essor définitif à notre localité. Amoureux fervent de Ronce, il publiait une brochure « Des bains de mer à La Tremblade » dont l’impact publicitaire allait drainer les premiers vrais estivants vers nos plages. Ronce allait s’épanouir, s’organiser et rapidement constituer le pôle d’attraction touristique de cette partie de la presqu’île d’Arvert ;

Est-ce à dire que l’histoire de notre station n’a commencé qu’en 1860 ? Certes les Santons, nos ancêtres ne nous ont légué ni monuments, ni vestiges, mais leurs successeurs du Moyen-Age, les moines des prieurés de N.-D de Buze, (en l’actuelle forêt de la Coubre) ou de la Petite Couronne, ont laissé quelques éléments d’architecture, souvent recouverts par les sables ou les récentes constructions. Nous ne saurions passer sous silence la mystérieuse ANCHOINE, cité engloutie sous les eaux pour certains, sous les sables pour d’autres,  mais dont l’implantation est on ne peut plus contestée…

 

   La page d’histoire de notre localité reste bien brève. Ronce est une cité neuve, une cité d’avenir ; il est bien naturel qu’elle regarde vers le futur, c’est sa raison d’être pour le bonheur de ses habitants et de ses visiteurs. »

                                                                           Groupe costumé venant de rejoindre la Place Brochard avant

                                  Groupe costumé qui vient de rejoindre la Place Brochard avant l'inauguration.      

 

 

150 ANS DE RONCE LES BAINS

 

Les temps forts d’une semaine inoubliable.

 

  Lundi 19 juillet

 

   Quel vent de folie souffle sur cette station habituellement si paisible ? De toutes les artères de Ronce confluent, Place Brochard, des personnages d’un autre âge endimanchés portant redingotes ou robes longues, arborant canotiers et chapeaux à voilette sous une forêt d' ombrelles en dentelle.

Ils ne passent pas inaperçus. Les estivants,  d’abord intrigués, les suivent à la trace. Les plus hardis leur adressent la parole, les photographient. Sans doute ignorent-ils que Ronce fête ses 150 ans.

 

11h15. Plus de 150 personnes costumées  de tous âges (qui l’eût cru ?) se sont regroupés pour entendre les discours des élus.Jean-Pierre Tallieu le maire de La Tremblade et Liliane Jau

                           Jean-Pierre Tallieu et Liliane Jaud lors de l'inauguration des 150 ans de Ronce les Bains

 

Ces derniers ont visiblement offert des œufs à Sainte-Claire car le soleil trône en majesté dans un ciel sans nuage. L’inauguration peut débuter. Le maire de La Tremblade Jean-Piere Tallieu et Madame Liliane Jaud adjointe à la culture et au tourisme, chacun à leur tour, remercient tous ceux qui ont participé à l’élaboration de cette fête. Le coq qui accompagne Jean-François Géffré, d’une sagesse exemplaire, ne perturbe pas les allocutions. Le coq apporté par J.F. Géffré a été d'une grande disc

                                    Jean-françois Géffré comme un coq en pâte pendant l'anniversaire de Ronce

 

S’ensuit un spectacle qui retrace l’évolution des tenues de bains de 1900 à nos jours, ponctué par des chansons de vacances du bord de mer. Spectacle donné par une troupe de jeunes danseurs juste ap

 

                                        Arrive le pot de l’amitié servi avec la galette du 150ième anniversaire.

 

La galette du 150ème anniversaire offerte lors de l'inaug

 

  Sur le ponton, on se croirait au Festival de Cannes. Photographes professionnels ou amateurs se bousculent presque pour immortaliser ce moment unique dans l’histoire de Ronce surtout dans cet endroit si emblématique de la Place Brochard. De plus, pour fêter l'événement,Christian Desbordes a la riche idée de mettre à disposition d'anciennes bicyclettes, chevauchées sur le champ par les plus intrépides.Toutes les générations costumées se sont retrouvées sur

                       Festival de Cannes? Festival de Deauville ? Pas du tout, 150 ième anniversaire  de Ronce

 

 

Pratiquement au même endroit en 1903

                                       Pratiquement au même endroit en 19O3. L'appontement n'existe pas encore

 

 

 

Ce n'était pas le départ d'une étape du Tour de France

                                          Ronce n'a pas encore accueilli une étape du Tour de France


17 h.  Première visite guidée de Ronce. Les intervenants ont le trac. En effet pour eux c’est une première. Mais la bonne surprise c’est que le public (près de 80 personnes) est au rendez-vous. La visite d’un kilomètre, initialement prévue  une heure,  s’achève en fait à 19 heures. 

                  Un public intéressé lors des différentes visites guidée              Un public intéressé lors des différentes visites guidées de Ronce, ici devant l'ancienne Agence Jagou

 

21h30. Les Chantonnants, une demi-heure durant, interprètent avec cœur et spontanéité les vieilles chansons françaises dans le kiosque devant un public attentif et conquis qui n’hésite pas à reprendre les refrains.

 

La troupe des Chantonnants a interprété des chansons de l

                       La troupe des Chantonnants a interprété bénévolement des chansons de La Belle Epoque

 

 

En présence d'un public nombreux

                                                            en présence d'un nombreux public

 

22h30  Au bout de la Place Brochard 500 personnes attendent sagement la projection du film de Jean Renoir «  French Cancan »,organisée par l'association Cinésites. Si ce long métrage a été choisi, c’est évidemment pour respecter le thème de la Belle Epoque.

 

P1040759

 

Le soleil vient de plonger derrière l’Ile d’Oléron. Une brise marine rafraîchit les spectateurs qui reconnaissent les grands acteurs français aujourd’hui disparus comme  Giani Esposito, Jean-René Caussimon et Jean Gabin. Rappelons que la chanson du film La complainte de la butte écrite par Jean  Renoir,interprétée par Cora Vaucaire  sur  une musique composée par Georges Van Parys a fait le tour du monde.

 

Générique du film de Jean Renoir French Cancan

 

Mardi 20 juillet.

 

Excepté le jeu micro sur l’histoire de Ronce dirigé par Monsieur Alain Tontale directeur de l’Office du Tourisme et le défilé nocturne d’une partie de l’Association Royan Belle Epoque, la journée est moins fournie en animations.

 

Mercredi 21 juillet.La parade costumée conduite avenue Gabrielle par Monsieur

                                           La parade costumée conduite avenue Gabrielle par Monsieur Tontale

 


Avenue Gabrielle 1907

                                                 Avenue Gabrielle. Sortie de la grand messe en 1907


18 h.   Pour la seconde fois les personnes costumées se regroupent mais le lieu de rendez-vous a changé, il se trouve Place du Casino. La consigne est de défiler par deux ou trois. La parade s’ébranle sous les ordres de Monsieur Tontale. Elle descend l’avenue de la Chaumière pour rejoindre l’avenue Camille Daniel. 

      Quand elle remonte l’allée Gabrielle, l’artère principale a pris vraiment l’allure de Sunset Boulevard. Les participants aguerris posent devant les badauds ébaubis qui les mitraillent. Arrivée devant le mythique Grand Chalet, elle retrouve

 

Le grand Chalet 1903

                                                                                 Le Grand Chalet  en 1903


 

La parade costumée a fait halte devant le Grand Chalet

                                       Presque cent plus tard devant le Grand Chalet, rien n'a vraiment changé

 

le brise-lames et serpente jusque devant la villa Gabrielle où le photographe Monsieur Langendorff prend le cliché peut-être le plus réussi et sûrement le plus émouvant de la semaine tant, à ce moment, on se sent replongé  un siècle en arrière, comme si la magie de l’instantané nous faisait toucher du doigt un bref moment d’éternité.La parade pose devant la Villa Gabrielle

                                                             Photo de groupe devant la Villa Gabrielle

 

 

Plage de Ronce 1906

                                 La plage à marée basse  en 1906. 0n reconnaît au fond à droite le Grand Chalet

 

 

L'impressionnant défilé de la parade costumée devant le

                                            L'impressionnante parade costumée défile devant le brise-lames

 

 

Un groupe costumé sous la pergola de la villa Beau- Séjou

                                              Pause bienvenue sous la pergola de la villa Beau-Séjour

 

20h30. Petite déception ; le pique-nique place Brochard n’a pas rassemblé autant de convives que l’ont prévu les organisateurs. Boudu sauvé des eaux peut servir le vin pendant le pique-n

                                                 Boudu sauvé des eaux peut servir le vin pendant le pique-nique

 

Jeudi 22 juillet.


Quelques années auparavant

                                                                      L'heure du bain il ya fort longtemps

 


Le ridicule n'a visiblement pas tué ce groupe de baigneur         Le ridicule n'a visiblement pas tué ces baigneurs qui n'ont pas hésiter à s'exhiber dans des maillots de bain de la Belle Epoque

 

18h30. Devant la majorité des bars on peut déguster des huitres savoureuses.

 

22h. Sur la Place du Casino est proposé un spectacle cabaret de bonne qualité alternant des chants et des danses de la Belle Epoque qui attirent la grande foule.

 

Vendredi 23 juillet

 

11 h et 16 h. Visites privées et guidées de la propriété de La Louisiane une des plus anciennes de Ronce. Marion Givelet - Baudoy écrivain et conférencière en com

                   Marion Givelet-Bodoy écrivain et conférencière  pendant la visite privée de La Louisiane

 

22h. Poésies et chansons* en l’honneur de Ronce précèdent le bal populaire qui, au son de l’accordéon, peut démarrer. Valses, marches, polkas, javas sont au programme.Les Dames de la Côte se sont fait une beauté

                                                           Les Dames de la Côte se sont fait une "Beauté"

 

 

Sylviane Boutet interprète la chanson qu'elle a composée

                           Sylviane Boutet interprète la chanson qu'elle a composée pour l'anniversaire de Ronce                       

 

Paulette Courtin récite un de ses poèmes Ronce ma Belle

                                                    Paulette Courtin lit un de ses poèmes "Ronce ma Belle"

 

Aux gens costumés qui ont ouvert le bal se mêlent très vite d’autres danseurs qui ont des fourmis dans les jambes.

 

Samedi 24 juillet.

 

15 h. Avant de défiler à 20 h une vingtaine de véhicules anciens est alignée sur la Place du Casino.

 

Jean- françois Géffré rêvait de conduire ce véhicule d

                                            J.F Géffré rêve de conduire ce véhicule de la Belle Epoque

 

22h30.  Enfin le bouquet final. Au pied de l’appontement des vieux gréements gisent sur le sable. Une fois le soleil couché, les projecteurs braqués sur les voiles et le feu d’artifice qui suit offre au public un spectacle féérique qui conclut en beauté cette semaine fertile en événements. Les voiles de nuit des vieux gréments mises en valeur par

 

Feux d'artifice sur les vieux gréments

 

Feu d'artifice sur les vieux gréments

 

 

 

   Pour finir, n’oublions pas de parler de la superbe Exposition sur l’histoire de Ronce ouverte toute la semaine réalisée par Madame Liliane Jaud, Madame Catherine Lainé, Monsieur Jean-François Géffré, Monsieur Henri Moreau, Monsieur Thierry Proust, Monsieur et Madame Descamps. Une autre exposition sur l’histoire de Ronce préparée par Monique Delin membre de l’association Escale a pris le relais de celle-là en août Salle du Foyer ronçois.

 

Catherine Lainé a été une des chevilles ouvrières de l'

Catherine Lainé, une des chevilles ouvrières de l'exposition qui s'est tenue toute la semaine à la base nautique

 

 

Laurent Pineau de l'office du tourisme en bonne compagnie

                                               Laurent Pineau de l'Office du Tourisme en charmante compagnie

 

   Semaine de rêve donc pour tous les participants car elle a été riche en rencontres, échanges et retrouvailles. Pas un accroc n’est venu ternir le bon déroulement de cette fête aux dimensions humaines dominée par une bonne humeur communicative. En interrogeant le passé de Ronce les Bains lors de son 150ème anniversaire, les Ronçois d’origine et de cœur ont répondu présents et ont démontré, si besoin était, qu’ils étaient prêts à relever les défis de son avenir.

 

Perrot épicier (88)                                                                C'était  déjà le bon temps à Ronce, il y a cent ans

 

   Ses fidèles amoureux ne peuvent qu'approuver les propos de  Robert Martin qui écrivait dans le Sud Ouest économique de septembre 1928  : " Ronce les Bains s'éveille dans un délicieux berceau de verdure à l'ombre des grands pins embaumés. Elle ne cherche pas à disputer aux grandes plages somptueuses le titre de  "Reine de l'Océan". Elle reste et c'est bien mieux ainsi une aimable petite princesse délicate et fine dans sa fraîche parure de jeunesse de grâce et de beauté."

                                                              

                                                                                                            Daniel Chaduteau.      2 août 2010

 

 

 

 

 

                      Textes de la chanson et des poésies célébrant le 150ème anniversaire de Ronce les Bains.

 

 

 

 

Chanson en l’honneur des estivants restés fidèles à Ronce les bains depuis 150 ans

Sur l’air de « quand on se promène au bord de l’eau »

 

1er couplet :

Du lundi jusqu’au samedi

Tout le monde bosse sans répit

Pour gagner de la monnaie

Mais quand vient l’mois de juillet

Ils se disent c’est gagné

On va aller nager, bronzer, se reposer

Dans une ville qu’on connaît

Et que tout le monde aime bien

Et oui, c’est à Ronce les Bains.

 

Refrain :

Quand on se promène à Ronce les Bains

Ah ! c’qu’on est bien, oui vraiment bien,

On a la plage, la forêt et les bains

Lorsque l’on vient à Ronce les Bains.

Commerces, casino, restaurants

Vous attendent déjà depuis longtemps

Car les touristes, tous les étés

Sont les bienvenus, attendus, respectés.

Quand on s’promène à Ronce les Bains

Ah ! c’qu’on est bien, oui vraiment bien,

On a la plage, la forêt et les bains

Lorsque l’on vient à Ronce les Bains.

 

2ième couplet :

Le petit train, plein d’entrain,

Vous emmène en ballade

Faire le tour des marchés,

Jusqu’à la Tremblade,

Puis la base nautique

Vous propose des pique-niques

Sur une belle goélette

Accompagnée de belles mouettes

Et voilà pourquoi on se trouve si bien

En vacances à ronce les Bains.

 

Refrain :

Quand on s’promène à Ronce les Bains

Ah ! c’qu’on est bien, oui vraiment bien

On a la plage, la forêt et les bains

Lorsque l’on vient à Ronce les Bains.

Et tous les soirs, vous avez la place Brochard

Manèges, loteries, tirs et billards,

150 ans, les estivants se rappellent les nougats

de « Cochard »

Quand on s’promène à Ronce les Bains

Ah ! c’qu’on est bien, oui vraiment bien,

On a la plage, la forêt et les bains

Lorsque l’on vient à Ronce les Bains.

 

3ième couplet :

 

L’odeur de la mer, vous met la tête à l’envers

150 ans, c’est quand même un mystère,

D’revoir les gens, toujours contents,

Grands parents, parents et petits enfants,

Reviennent toujours à Ronce les Bains

Pour voir la mer, ses bateaux

C’est un pays, que tout l’monde trouve beau

Et c’est très bien pour Ronce les Bains.

 

                                                                                           Sylviane Boutet

 

 

 

* 1860 – 2010

 

1860

Quand se dénuder devint une thérapie

Et moyen de lutter contre les maladies

Tous ces corps, tenus éternels prisonniers

Vinrent enfin au soleil s’aérer.

La cheville, jusque là chichement dévoilée,

Ne fut plus désormais seule privilégiée,

Et dans l’intimité des cabines fermées

Ces dames eurent vite leur pudeur accrochée.

Hésitantes pourtant, et surmontant leur peur,

Tout en rêvant d’un beau maître nageur

Elles goûtèrent pleinement du bain les bienfaits

Très grelottantes, en vérité.

Ces corps, pourtant peu dévêtus

Laissaient se deviner le galbe du nu,

Et les messieurs, tout en restant discrets

Par d’habiles manœuvres tentaient de s’approcher.

Mais les distances étaient tenues sévères

Et les sirènes, loin d’eux, évoluaient dans la mer

Puis, le soir, redevenant pudiques,

Tous dansaient la polka au son de la musique.

 

2010

J’étais sur le sable alanguie

Quand la brise me murmura, soudain :

Laisse donc tomber tes hardes

Quel machiavélisme vois-tu

A montrer ton corps dévêtu ?

Alors, sous cette emprise

Enivrée d’élixir marin

Lentement je défis les liens

Qui me retenaient captive.

Maintenant, nue, et sans pudeur aucune,

Je m’immergeai dans l’océan,

Puis, pour prolonger cet instant

Ivre de sel, de mer et de vent

Le soir tombant sur la dune

Je m’endormis sous la lune.

 

                                                                       Colette Benest

 

 

* RONCE MA BELLE !

 

Perle de notre Région, bijou de Charente-Maritime

Ronce la belle, la coquette des jours de mon enfance.

Je suis bien de chez toi et née au bord de l’eau

J’ai parcouru tes bois et couru sur tes plages.

 

Tu étais pour ma mère son petit Nice qu’elle adorait.

Avec ton microclimat et ton calme apaisant,

Combien de Parisiens… de gens de toute part…

Sont venus se détendre au cœur de ta beauté !

 

Les chemins de terre n’avaient pas de secrets

Pour nous qui chaque jour à pied les traversions.

Et la Place Brochard nous ravissait tous les étés

Les billards japonais…le tir…et les autres jeux…

 

Sans compter les glaces et les bonbons de chez LOPEZ

Oh ! Que de souvenirs reviennent en ma mémoire !

Toi, de qui on fête aujourd’hui les 150 ans d’existence,

Tu as bien changé petit nid de ma jeunesse !

 

A la place de mon école est né un casino

A côté, à la place du petit bois, on a fait le marché.

Mais, j’ai toujours pour toi de l’amour en mon cœur.

J’habite juste à côté «  La Tremblade » ta grande sœur.

 

Je ne suis pas très loin pour venir faire un tour,

Il faut si peu de temps et ça fait tant de bien !

Je refais vivre alors mes plus beaux souvenirs

Et les gens que j’aimais revivent à nouveau.

 

Ronce ma Belle en ce jour on remonte le temps.

Il y a 150 ans, tu faisais tes premiers pas dans le monde

Les bains de mer prenaient leur essor pour le bien-être.

Et moi, bien loin encore de naître et te connaître.

 

Loin aussi de savoir combien un jour, j’allais t’aimer !

 

 

                                                                                  Paulette Courtin           22 juillet 2010

 

 

 

 

                                  

Partager cet article

Repost 0
memoires-vives-ronce.over-blog.com
commenter cet article

commentaires

Nathanael 27/01/2011 21:05


Bonjour,
Merci pour cet article sur le Père Michel Jarrot. J'ai effectivement dédicacé ma thèse de doctorat à sa mémoire. Je ne l'ai pas rencontré comme on rencontre un curé, j'ai plutôt vécu chez lui, dans
sa maison du quartier populaire de Bacongo à Brazzaville. Je venais d'échouer au bac lorsque le Père Michel m'a accueilli chez lui pour me donner une seconde chance ou plutôt une vraie chance de
réussir dans les études. Cette année-là, il m'accompagnait au lycée tous les matins. Un vrai moment de bonheur qui m'a motivé. Imaginez un peu, un élève congolais qui se fait déposer en voiture
dans un lycée qui n'accueille pour seule voiture celle par laquelle on le dépose! Lorsque j'ai obtenu, mon bac, j'ai vu le Père Michel emporté par le plaisir d'avoir fait quelque chose. J'ai même
eu l'impression qu'il en était plus heureux que moi. Nous étions alors en 1995 et comme vous le savez, le Père Michel devait nous quitter l'année d'après. Mais, grâce à l'énergie que je tirais de
la seule idée qu'il me voyait encore vivre, j'ai continué douloureusement mon chemin jusqu'à venir en France pour mes études de science politique. Le Père Michel était quelqu'un qui parlait peu de
ces bonnes choses qu'il a faites plus que des désillusions qu'il a vécues, surtout cet épisode douloureux de son départ du Cameroun. J'ai beaucoup appris à ses côtés et parfois, lorsque je pense à
ces bons moments passés sous sa protection, je bénis le Ciel pour cet échec au bac qui m'a finalement permis de faire sa rencontre. Car, grâce à lui, j'ai commencé à fréquenter les bonnes
bibliothèques de Brazzaville, j'ai obtenu un abonnement au centre culturel français où il était lui-même présent tous les soirs après son boulot. J'ai eu accès aux classiques de la littérature
française, j'ai pu suivre plusieurs adaptations théâtrales de Molière, Racines, Alfred de Musset et autres.
Mille merci à vous pour ce texte qui me permet de me replonger dans ces souvenirs et de découvrir un visage peu audible de Michel Jarrot tel que vous l'aviez peint.
Cordialement,
Nathanaël


memoires-vives-ronce.over-blog.com 30/01/2011 13:54



Votre commentaire confirme l'homme qu'il était . Je vous remercie de ce témoignage qui complète et enrichit le portrait de Michel que, comme vous devez vous en douter, j'ai rencontré quand
j'étais étudiant à la fin des années soixante.


Cordialement.


Daniel



Présentation

  • : mémoires vives de Ronce-les-bains
  • : Le passé de Ronce-les-bains revisité et reconstruit grâce aux documents et témoignages de ceux qui l'ont vécu.
  • Contact

Recherche

Pages

Liens